Mariane Sornin-Léger raconte sa collaboration avec un ébéniste, qui l’a aidée à développer une expertise en marqueterie textile

 

« Le prix Artinov m’a été décerné car j’ai mis au point une technique qui permet d’incruster les matériaux souples dans des travaux d’ébénisterie. J’incruste aussi bien de la plume que de la soie que j’ai préalablement gravée, mais aussi de la feuille de tabac ou d’autres matériaux qu’on a pas l’habitude de travailler en marqueterie. Ce prix m’a été décerné au titre d’innovation de procédé de fabrication. Les marchés visés sont essentiellement le packaging de luxe, le visual merchandizing mais aussi la haute couture par le biais de créations qui viennent habiller les sacs et les chaussures telles que des pampilles, bijoux ou autres accessoires et ornements.
Cette technique de marqueterie découle de mes travaux de recherche en gravure et découpage laser puisqu’au départ, mes défis quotidiens à l’atelier sont de découper des matériaux divers et variés sans laisser de trace de combustion. Suite à la mise au point de cette expertise m’est venue l’idée d’aller plus loin et de travailler ensuite l’incrustation. Cette idée est née d’une rencontre assez inattendue avec un ébéniste. Cela a pris quelques longs mois de recherches et je suis ravie aujourd’hui de pouvoir exposer ce savoir-faire qui fait appel à la fois à un métier très traditionnel et à une innovation technologique. »


Author: Stéphanie Pasquet


Share: