Lognon l’indéplissable

Paris, rue Casanova. L’appartement est du 17ème, le plancher Louis XIV classé, les murs couverts de plus de 3000 plaques de cartons qui ont pris la couleur du temps. Nous sommes dans les ateliers de Gérard Lognon, plisseur depuis quatre générations. Son arrière grand-mère a initié cette tradition familiale sous Napoléon III, alors que le métier s’appelait encore « calandreur ». Ce sont ensuite les hommes de chaque génération qui ont repris le flambeau, chacun apprenant « sur le tas », auprès de son aïeul dépositaire du savoir-faire familial.

Aujourd’hui, cinq personnes œuvrent chez Lognon l’indéplissable (jusque soixante ouvrières y travaillèrent simultanément par le passé), plissant minutieusement les étoffes pour la haute couture, le cinéma, l’opéra, quelques particuliers fortunés, mais aussi pour les rabats d’avocats ou les jupes d’orphelines, selon un protocole bien particulier générateur de plissés à la qualité inégalée : le tissu à plisser est d’abord placé entre deux moules de kraft (certains ont plus d’un siècle), puis enfourné à la vapeur pendant une heure en étuve ; le tissu est enfin décollé de son moule, délicatement, de manière à ne pas abîmer les motifs, parfois très sophistiqués, en passe de marquer définitivement l’étoffe.

Lognon-Paris-02

L’excellence de ses plissés a permis aux ateliers Lognon de traverser les âges et de s’imposer comme l’un des derniers plisseurs de la place de Paris, livrant chaque jour lumineux plissés soleil ou poétiques « bouquets de fleurs », ainsi que les fameux carrés de soie plissés de la Maison Hermès.

Lognon-Paris-03

Lognon-Paris-04

Lognon-Paris-05


Author: Angèle Hernu


Share: