Florie Salnot, créatrice de bijoux

Pour la designer Florie Salnot, l’artisanat peut devenir une activité porteuse de développement social. Dans son projet « Plastic Gold », la designer a collaboré avec des réfugiés sahraouis, localisés dans des camps au sud-est de l’Algérie, afin de créer des bijoux haut de gamme, réalisés à partir de bouteilles en plastique. Le succès de ce projet qui lui a valu une nomination au prestigieux Jameel Prize, met en évidence le pouvoir du design comme outil de changement.

florie-salnot-4

En 2009, alors que Florie Salnot est encore étudiante au Royal College of Art de Londres, elle rencontre Danielle Smith, fondatrice de Sandblast, une organisation humanitaire qui soutient la population sahraouie par l’art. La designer imagine donc un projet qui mette à profit les compétences manuelles des femmes de cette communauté pour leur permettre d’accéder à une autonomie financière. Une série de bijoux inspirés de cette culture a donc été conçue puis fabriquée à la main.

Les artisans sahraouis étaient traditionnellement des nomades qui produisaient différents objets décoratifs et usuels en cuir coloré. Cependant la situation politique et économique dans la région s’est détériorée, menaçant ainsi la poursuite de ces activités traditionnelles. La reprise de ces savoir-faire par des groupes de femmes représente non seulement une opportunité de renouveau pour l’économie locale, mais aussi un moyen de préserver un patrimoine ancestral.

florie-salnot-1

« Dans ce projet », confie Florie Salnot à Maison d’Exceptions, « la tradition est un facteur important, intimement lié à la situation des réfugiés sahraouis. Leur identité culturelle est l’un des seules choses qui leur reste. Toutefois, compte-tenu des conditions extrêmes dans lesquelles ils vivent maintenant, le maintien de cette culture est particulièrement difficile. L’artisanat a presque disparu car il n’y a pratiquement aucune matière première accessible dans les camps de réfugiés. Nous avons visité l’un des musées qu’ils ont construit dans leurs camps pour y présenter la culture et l’histoire sahraouie, et nous avons travaillé avec des femmes pour définir des motifs et des symboles traditionnels sahraouis trouvés sur divers objets traditionnels artisanaux. »

florie-salnot-2

Pour Florie Salnot, la technique est apparue comme l’élément clé du projet: « J’ai passé beaucoup de temps à développer des outils qui permettent d’avoir un large choix de designs possibles. » Elle utilise du plastique recyclé issu de bouteilles qui sont peintes et découpées en fines lanières. Avec les femmes sahraouies, elle a créé un motif tissé qu’elle a ensuite plongé dans du sable chaud. Le plastique réagit à la chaleur et garde ainsi la forme désirée. Malgré un processus d’une grande simplicité, le résultat semble complexe et raffiné. Les bijoux (bracelets, colliers et ceintures) ont été pensés dans un style à l’élégance minimaliste correspondant au marché international. La création de ces bijoux durables contribuera autant à améliorer la situation économique des réfugiés sahraouis qu’à sauvegarder leurs traditions artisanales rares.

www.floriesalnot.com

Crédits photos : Florie Salnot


Author: Or Rosenboim


Share: