Claudine Lachaud, Atelier Caraco, au salon Maison d’Exceptions

« Je m’appelle Claudine Lachaud et mon atelier l’Atelier Caraco. Nous fabriquons plus spécifiquement des choses pour le théâtre, le cinéma, l’opéra. Ce qui nous a amenés à faire des costumes historiques, à nous spécialiser dans les savoir-faire anciens et à les retranscrire aujourd’hui. C’est devenu notre exercice favori. Souvent les savoir-faire anciens sont à la main ; on essaie de les transposer à la machine mais quelquefois c’est un savant mélange de savoir-faire de main et de machine. Savoir où la main s’arrête, où la machine commence. Qu’est-ce que la main doit faire pour que la machine travaille comme la main l’aurait fait. C’est un peu un jeu de faussaire. Cela demande de l’habilité, de la patience, de l’imagination…

L’exception en matière de savoir-faire c’est quelque chose que tout le monde ne peut pas faire. Cela demande des qualités humaines et techniques. Mais humaines… L’exception ça ne va pas être la technique, ça va forcément être l’humain. Alexander McQueen disait que les robes devraient être signées par celui qui les dessine comme une sculpture. Je pense que l’on reconnaît la patte de quelqu’un dans sa fabrication. C’est ça l’exception, ce n’est peut-être pas visible pour tout le monde . Ce n’est pas que l’exploit. C’est aussi la personnalité qui va transparaître dans le savoir-faire. »


Author: Pascal Gautrand


Share: